impression
evreux.catholique.fr

Evénement

retour à l'agenda

Informations
associées

Thèmes  
Les thèmes suivants sont associés à cet événement.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder à l'agenda.
Les résultats présentés correspondront au thème choisis.
accéder aux thèmes dans l'agenda

Mouvements  
Cet événement est associé aux mouvements suivants.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder aux rubriques des mouvements associés.
accéder aux pages des mouvements

Services  
Cet événement est associé aux services suivants.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder aux rubriques des services associés.
accéder aux pages des services

Diffusion  
Cet événement est également publié dans ces autres rubriques d'actualité.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder directement à ces rubriques d'actualités.
l'évènement dans les actualités

Samedi 06 octobre 2012

Engagement du P.Olivier LEMESLE au Prado 

En ce début d'octobre, j'ai fait mon engagement à l'Association des prêtres du Prado fondée dans les années 1860 par le père Antoine Chevrier.
Celui-ci avait pour intuition « des prêtres pauvres pour les pauvres ». Si je prends cet engagement, c'est pour me rappeler que l'Église n'est pas engagée pour les pauvres mais avec les pauvres. Leur vie et leur parole éclairent sans cesse ma lecture de l'Évangile de manière nouvelle, elles m'invitent à vivre la fraternité et l'engagement avec tous les sans - sans emploi, sans dignité, sans paroles, sans droit. Il ne s'agit pas de vivre une simple écoute mais un réel « vivre avec ». C'est peut-être pour cela que j'ai longtemps hésité à vivre, à exercer, à partager cet
engagement.
Pour m'aider à vivre cela, je m'appuie sur le Christ qui nous a ouvert des chemins pour vivre avec les pauvres et leur donner
une réelle dignité. Il nous faut donc regarder Jésus-Christ de plus près dans les Évangiles, l'étude d'Évangile fait partie de l'engagement
prado sien. Dans la contemplation de l'Évangile nous pouvons connaître, suivre et aimer ce que Jésus nous enseigne et cela permet de conformer
notre vie à celle de l'Évangile et des pauvres.

Le Prado

Beaucoup se demandent ce qu'est le Prado, société de prêtres dans laquelle Olivier Lemesle s'engage.
Voici quelques éclairages pour comprendre cette spiritualité.
« Que c'est beau Jésus Christ! » Le Père Chevrier exprime toute son admiration et sa joie devant Celui qu'il contemple. « Qu'il est beau cet homme de Dieu» disait encore le Bienheureux Antoine Chevrier, en parlant du prêtre « selon Jésus-Christ ».
De Rome où il achève de préparer à l'ordination ses quatre premiers diacres, il leur transmet ce billet :"Que vous allez être grands quand vous serez prêtres, mais qu'il faudra être petits en même temps pour être véritablement de nouveaux Jésus Christ sur la terre ... Que c'est beau, mais que c'est dffficile. Il n'y a que J'Esprit Saint qui puisse nous le faire comprendre ».
« Évangéliser les pauvres, c'était la grande mission de Jésus Christ sur la terre". C'est donc, pour le Père Chevrier, celle des « nouveaux apôtres dans le monde» qu'il désire tant donner à l'Église. Commencer par les pauvres, les premiers destinataires de la Bonne Nouvelle, c'est être sûr de n'oublier personne.

Préparations

La vie du Père Chevrier porte l'empreinte du monde qui l'a formé. Antoine nait le 16 avril 1826 dans une famille modeste, au coeur de la ville de Lyon. Son père est employé à l'octroi. Sa mère est artisane en soierie. Dauphinoise d'origine, elle fera toujours preuve d'un tempérament énergique. Elle laissa difficilement son fils .partir au séminaire, nourrissant pour lui un avenir meilleur. C'est un vicaire de sa paroisse qui propose
à Antoine Chevrier de devenir prêtre, ce qu'il accepte bien volontiers. Après l'école cléricale paroissiale, il entre en 1846 au grand séminaire Saint Irénée de Lyon, il a 20 ans. Il sera ordonné prêtre le 25 mai 1850 et envoyé dans une paroisse de la banlieue lyonnaise sur la rive gauche du Rhône, Saint-André de la Guillotière, peuplée essentiellement d'ouvriers. Il y découvre la misère ouvrière sous toutes ses formes. II
était trop jeune pour avoir un souvenir marquant des deux révoltes des Canuts de 1831 et 1834. Par contre, il sera témoin des évènements de la révolution de 1848. Un groupe appelé "Les Voraces" occupe même le grand séminaire.
A la sortie du séminaire, ses notes personnelles disent son désir de devenir un bon prêtre"qui sait disposer de tout pour J'Évangile. Car, poursuit-il, il y a du bien à faire quelque part que je sois, et quelques mauvais et méchants que soient les hommes que j'aurais à conduire, ils sont tous appelés au salut ».

Une année décisive

La nuit de Noël 1856, il médite devant la crèche."Le Verbe s'est fait chair, et il a habité parmi nous ».
Quelque chose est née, ce jour-là, un événement tout intérieur qu'il appelle sa conversion. Il est prêtre depuis six ans, dans un ministère paroissial ordinaire, apprécié des fidèles. Il dira pourtant, rapportent ceux qui ont reçu directement sa confidence : "C'est le mystère de l'Incarnation qui m'a converti ... Je me disais: le Fils de Dieu est descendu sur la terre pour sauver les hommes et convertir les pécheurs. Et cependant que voyons-nous ? Que de pécheurs il y a dans le monde ! Les hommes continuent à se damner.
Alors je me suis décidé à suivre Notre Seigneur Jésus Christ de plus près pour me rendre plus capable de travailler efficacement au salut des âmes ) . Puis il poursuit dans une intuition de fondateur : "Et mon désir est que vous-mêmes vous suiviez aussi Notre Seigneur de près ». Quelque chose a donc commencé à Noël 1856. Antoine Chevrier a conçu le projet de vivre en prêtre selon l'Évangile pour répondre aux immenses
besoins apostoliques qu'il voyait autour de lui. "C'est à Saint-André qu'est né le Prado », dira-t-il.

Déploiement du charisme

Sur les murs d'une ancienne étable, où se trouve encore aujourd'hui une mangeoire pour les animaux, le Père Chevrier a eu l'idée de peindre, avec douze jeunes qui pensaient à devenir prêtres, un tableau que les Pradosiens (membres de l'Association du Prado) ont pris l'habitude d'appeler le Tableau de Saint-Fons : la Crèche, le Calvaire, le Tabernacle.
La disposition des lieux lui a fait mettre le mystère de l'Eucharistie au centre du triptyque. L'idée de résumer ainsi l'idéal évangélique n'est pas de son invention.
Mais le commentaire qu'il en donne lui est propre et notamment la triple affirmation:"le prêtre est un homme dépouillé, le prêtre est un homme crucifié, le prêtre est un homme mangé". La dernière phrase a fait fortune. Mais on n'en saisit tout le sens qu'à la condition de bien lire et vivre ce que le Père Chevrier a lui-même vécu. Comme son Maître et Seigneur. Sans la pauvreté et la souffrance, une activité dévorante ne
fera jamais « devenir du bon pain".
L'Association des prêtres diocésains du Prado, restée longtemps lyonnaise, s'est développée après la deuxième guerre mondiale, dans de nombreux diocèses de France, Espagne, Italie, Moyen Orient. Elle est présente aujourd'hui dans plus de cinquante pays. La famille s'élargit à des Soeurs et à des laïcs consacrés, femmes et hommes. Des diacres et de plus en plus de fidèles laïcs de par le monde se nourrissent
également de ce message.
Le Père Chevrier a été béatifié à Lyon le 4 octobre 1986 par le pape Jean-Paul Il, qui est venu en pèlerin le 7 octobre sur son tombeau. La Chapelle, dans sa priante simplicité, accueille de nombreux pèlerinages de France, Italie, Espagne et de divers autres pays.

Olivier Lemesle,
à partir d'un texte du Prado France

Pour en savoir plus: http://www.leprado.org

 

SimpleViewer requires Macromedia Flash.Get Macromedia Flash. If you have Flash installed, click to view gallery