impression
evreux.catholique.fr

Evénement

retour à l'agenda

Contact

M. Dominique MASSON
02 32 33 07 70

Informations
associées

Thèmes  
Les thèmes suivants sont associés à cet événement.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder à l'agenda.
Les résultats présentés correspondront au thème choisis.
accéder aux thèmes dans l'agenda

Mouvements  
Cet événement est associé aux mouvements suivants.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder aux rubriques des mouvements associés.
accéder aux pages des mouvements

  • Cet événement n'est associé à aucun mouvement.

Services  
Cet événement est associé aux services suivants.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder aux rubriques des services associés.
accéder aux pages des services

Diffusion  
Cet événement est également publié dans ces autres rubriques d'actualité.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder directement à ces rubriques d'actualités.
l'évènement dans les actualités

Dimanche 09 mars 2014

Pèlerinage à Rome - Année de la Foi et démarche synodale  Rome

NOTRE MISSION  LA LUMIERE DE LA FOI

Dans le prolongement de l'année de la Foi,  une démarche synodale se déroule du 21 octobre 2013 au 23 novembre 2014. Dans la prière, elle est confiée au Seigneur.Le pèlerinage à Rome, sous la présidence de Mgr Nourrichard s'inscrit dans cette démarche.
Prier au pied des tombeaux des apôtres Pierre et Paul: ces deux colonnes de notre Eglise.
et découvrir ou redécouvrir Rome où réside notre Pape François.

« Fortifier la foi »

Le dimanche 9 mars, nous étions 46, prêts à partir pour Rome, lieu où l’on sent battre le cœur de l’Eglise.
Pas si simple de partir ! Il nous faut laisser une part de nous-mêmes : des enfants, une maman, des amis, un époux ou un compagnon. . . et revenir changé, bouleversé parfois. « On ne revient jamais d’un pèlerinage comme on est parti. »
Alors, qu ‘avons-nous vécu ? Qu’est-ce qui nous a modifiés, modelés ?
La convivialité, la fraternité : certains ne connaissaient personne dans le groupe et se sont sentis, dès le 1er jour, accueillis avec simplicité et fraternité. Les « anges gardiens » et les « anges gardés » se sont cherchés, reconnus, retrouvés, sans qu’aucun clan ne se forme au détriment de l’ensemble.
La marche : le pèlerin marche beaucoup (même s’il prend parfois le bus ou le métro), sans bâton, mais avec l’œil ou l’appareil photo ouvert. Il marche sur les pas des premiers chrétiens, sur le sol des ruelles du 1er siècle, sous la basilique de St Clément, sur les dalles des via romaines, près du Forum et du Colisée, ou sur les pavés inégaux foulés par le pape François.
L’écoute : Le pèlerin écoute, au milieu des bruits de la ville, les explications du père Jérôme sur la reconnaissance des symboles, le déchiffrage des mosaïques, l’histoire de ces chrétiens qui nous ont précédés dans la foi, les conciles, les papes, les reliques de la Sainte Croix en Jérusalem. Et devant la croix des JMJ, au Centre San Lorenzo, le pèlerin écoute avec autant d’attention, le père Louis Menvielle dire combien Dieu nous veut du bien, que la bonté tend toujours à se communiquer et que c’est notre mission de chrétien, notre responsabilité, de la diffuser.
La lumière : C’est celle du soleil romain qui illumine les façades des palais et des basiliques, qui illumine la coupole de St Pierre ou le fronton de St Paul Hors-les-Murs. C’est la lumière qui jaillit des tableaux du Caravage sur la vocation de St Matthieu, à San Luigi dei Francesi. C’est la lumière dans les yeux et sur le visage de tous ceux qui découvrent ces lieux pour la première fois . . . mais aussi des ‘’habitués’’. C’est la lumière plus discrète des cierges et celle diffusée par les vitraux d’albâtre.
Les mosaïques : Les plus belles sont peut-être celles dont les morceaux sont si petits qu’ils se fondent, grâce à l’artiste, dans quelque chose de plus grand et qui les dépassent. Est-ce que nous ne sommes pas un peu comme ces petits morceaux ? Seuls, nous pouvons croire que nous sommes sans importance, mais réunis en Eglise, avec l’aide de l’Esprit Saint, nous pouvons travailler aux œuvres de Dieu.
Le tombeau de St Pierre : Le mardi, très tôt le matin, dans une basilique presque déserte, ce fut un moment très fort, très émouvant. Nous avons célébré la messe devant la tombe de Pierre, écoutant ce texte d’Isaïe (55,10-11) : « La pluie et la neige . . . , ainsi ma Parole ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir accompli sa mission ». La mission de Pierre était d’affermir la foi de l’Eglise. Sommes-nous suffisamment à l’écoute de ce que Dieu veut pour nous ?
Le renouvellement de notre baptême, dans le baptistère de St Jean de Latran : comme les premiers convertis, nous sommes descendus dans ce baptistère octogonal, signe de la résurrection, et chacun  a reçu une croix. Il nous reste à faire grandir, encore plus, cette foi reçue au baptême.
Les temps de prière : « Prier est le premier travail de l’apôtre, et ainsi annoncer l’Evangile ». Il est un temps qui nous a marqués : Sur la place St Pierre, réunis en cercle, au pied d’un mur, nous avons chanté les laudes et nous nous sommes sentis à la fois proche des premiers chrétiens, priant sans église, simplement rassemblés, et en même temps en union avec tout le diocèse que nous portions dans la prière.
La visite des catacombes et la basilique St Paul Hors-les-Murs : Comme les premiers chrétiens qui sont venus dans les catacombes prier à la mémoire de Pierre, Paul, Sébastien, et les martyrs de ces premiers siècles, nous avons prié avec l’Eglise primitive. Ainsi, nous nous rapprochions un peu plus des saints fondateurs de l’Eglise de Jésus-Christ et nous pouvons nous interroger : « Sommes-nous plus difficiles à convertir que saint Paul ? »
Chacun à notre rythme, nous avons gravi la montagne, pas seulement les collines de Rome, mais cette montagne intérieure qui nous rapproche de Dieu. A l’issue de cette démarche, nous aurons à cœur de prendre soin de nos frères, des plus démunis, de ceux qui sont ‘’à la périphérie’’, à être contagieux de la joie de l’Evangile .

Nous souhaitons dire un très grand merci à notre évêque d’avoir voulu ce pèlerinage dans le cadre de la démarche synodale et à Dominique Masson de l’avoir organisé et suivi au jour le jour. Nous y joignons un merci particulier au père Eric Pichard, pour l’accompagnement spirituel et le livret émaillé de catéchèses du pape François. Merci au père Jérôme Payre pour ses commentaires des lieux traversés. L’un et l’autre nous ont permis de nous sentir pleinement membres d’une Eglise priante et fondée sur des hommes et des femmes qui ont donné leur vie pour un message de joie, celui de Jésus-Christ.
 « Dans ce pèlerinage, Dieu réalise pour nous ce que nous attendons de Lui. A nous de demeurer disponibles pour être ce qu’Il attend de nous. » [ Mgr Nourrichard]
Nathalie Lisneuf.

Pour en savoir plus sur la démarche Synodale du diocèse d'Evreux

SimpleViewer requires Macromedia Flash.Get Macromedia Flash. If you have Flash installed, click to view gallery