impression
evreux.catholique.fr

Evénement

retour à l'agenda

Informations
associées

Thèmes  
Les thèmes suivants sont associés à cet événement.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder à l'agenda.
Les résultats présentés correspondront au thème choisis.
accéder aux thèmes dans l'agenda

Mouvements  
Cet événement est associé aux mouvements suivants.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder aux rubriques des mouvements associés.
accéder aux pages des mouvements

  • Cet événement n'est associé à aucun mouvement.

Services  
Cet événement est associé aux services suivants.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder aux rubriques des services associés.
accéder aux pages des services

Diffusion  
Cet événement est également publié dans ces autres rubriques d'actualité.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder directement à ces rubriques d'actualités.
l'évènement dans les actualités

Dimanche 15 janvier 2017

Retour sur la 103ème journée mondiale du migrant et du réfugié 

La mobilité humaine n’est pas un phénomène nouveau et l’Église manifeste depuis longtemps un grand intérêt pour les migrants, se préoccupant de leur sort, au travers notamment d’un accompagnement pastoral adapté.
Le phénomène migratoire est indéniablement une réalité complexe, difficile à gérer, mais nous aurions tort d’oublier que celui-ci, avec la grâce de Dieu, est l’Avent « d’un nouveau ciel et d’une nouvelle terre », où nous nous découvrirons frères les uns des autres, enfants d’un même Père.

Le 15 janvier 2017, l’Eglise universelle célèbre la 103ème Journée mondiale du migrant et du réfugié pour laquelle le Pape François a choisi comme thème de réflexion et de prière :

"Mineurs migrants, vulnérables et sans voix"

Message du Pape François

« Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé » (Mc 9, 37 ; cf. Mt 18, 5 ; Lc 9, 48 ; Jn 13, 20)
Pour lire le message du pape François

L’église accueille des migrants de toutes confessions car « donner c’est recevoir ».

Il y a un peu plus d’un an le pape François invitait toutes les paroisses et les communautés d’Europe à accueillir une famille de réfugiés.
C’est en l’église de Val-de-Reuil que l’Evêque a célébré une messe et accueilli de nombreux réfugiés de l’Eure et dialoguer pour se connaître.
Au cours de cette rencontre, le témoignage des responsables du service des migrants du diocèse d’Evreux montre que ce sont des combats quotidiens pour trouver des solutions pour ceux qui vivent dans l’urgence, mais également de merveilleuses rencontres qui les enrichissent .
« Etre catholique veut dire être universel » ! C’est par cette affirmation que le chargé des relations interreligieuses et l’Evêque interpellent les participants. Ne pas être touristes du monde et se sentir concernés est un appel à s’ouvrir et discerner.
Les témoignages des réfugiés persécutés pour leur croyance, ou pour échapper aux persécutions montrent qu’ils recherchent une fraternité d’accueil. Il apparait essentiel également que toutes associations  confondues qui œuvrent sur ce terrain, travaillent ensemble. Elles remettent l’humain au centre de leur action, alors que l’administratif applique la loi.
Messe dominicale haute en couleurs (Val-de-Reuil ayant un vivier de chants entraînants de toutes cultures) que l’Evêque a présidée, entouré de plusieurs délégations venues de tout le diocèse. Philippe Mylle, responsable de la Pastorale des Migrants depuis 3 ans avec son épouse Françoise, y a fait part de ses combats quotidiens pour trouver des solutions à ceux qui vivent dans l’urgence permanente. Mais il nous parle aussi des merveilleuses rencontres qu’il a faites et surtout ce qu’elles lui ont transmis comme valeurs, et valide la promesse d’avenir pour notre société qu’ils nous apporteront en étant épanouis.

À son tour l’évêque, accompagné du père Jean-François Berjonneau chargé des relations interreligieuses, invite à ouvrir les yeux, à vivre à l’heure interplanétaire. « Nous devons arrêter de vivre en touristes du monde, mais être directement concernés par les évènements aussi bien heureux que malheureux qui se passent à des milliers de kilomètres de nous. Être Catholique veut dire être universel, se sentir bien partout. Pourquoi en serait-il dans un sens et non dans l’autre ? Nous croyons en l’Esprit Saint qui peut nous aider à s’ouvrir et à discerner. Nous devons favoriser une éducation qui ouvre au partage tout en acceptant les conditions précaires. Jésus le premier, tout petit enfant, a été exilé, contraint et migrant pour fuir les violences de son époque. »

Après un repas partage de découvertes de trésors culinaires de toutes  origines, un temps fut consacré  aux témoignages des réfugiés.
Des personnes sont persécutées en tant que Catholiques dans leurs pays et contraintes de venir en France. Pour d’autres « la France est reconnue dans le monde comme la terre des Droits de l’Homme, terre de Libertés au-delà de toute religion. »
Il y a nécessité à entendre que ces réfugiés ne sont pas ici pour trouver une sécurité matérielle, mais  une fraternité d’accueil. Nous avons tout autant à découvrir les uns des autres. « Cette situation est trop souvent ressentie comme un handicap, et ne doit pas l’être ! Nous devons mettre en avant les nouvelles libertés que nous avons acquises bien que confrontés à de nouveaux problèmes au quotidien. »
A l’écoute des témoignages il apparait essentiel de mobiliser et fédérer toutes les associations, confessionnelles ou laïques, qui œuvrent au quotidien sur le terrain. Elles mettent du lien, pendant que les administrations font respecter les lois, froidement.
Il faut rester en permanence au courant des législations qui évoluent en permanence. Cela est possible par un travail en commun. Faire connaître ce qui se fait sur le terrain apparait également comme nécessaire.

Derniers mots laissés à la jeunesse : « Comme l’ont dit les réfugiés ; il est bon de se sentir en Église, s’est à dire entourés ; et pour cela nous devons mobiliser la population et garder les portes ouvertes. »
D’après l’article d’Emmanuel Bloch

SimpleViewer requires Macromedia Flash.Get Macromedia Flash. If you have Flash installed, click to view gallery