Fermer
Noël c'est bien cûr cela...mais c'est surtout Lui !

J’aide l’Eglise à annoncer la venue du Sauveur

Je fais un don

Merci à ceux qui ont déjà donné

impression
evreux.catholique.fr

Evénement

retour à l'agenda

Informations
associées

Thèmes  
Les thèmes suivants sont associés à cet événement.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder à l'agenda.
Les résultats présentés correspondront au thème choisis.
accéder aux thèmes dans l'agenda

Mouvements  
Cet événement est associé aux mouvements suivants.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder aux rubriques des mouvements associés.
accéder aux pages des mouvements

  • Cet événement n'est associé à aucun mouvement.

Services  
Cet événement est associé aux services suivants.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder aux rubriques des services associés.
accéder aux pages des services

  • Cet événement n'est associé à aucun service.

Diffusion  
Cet événement est également publié dans ces autres rubriques d'actualité.
Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder directement à ces rubriques d'actualités.
l'évènement dans les actualités

Dimanche 22 octobre 2017

Cinquantième anniversaire du décès de Mgr GAUDRON - Evêque d’Evreux  10:30, Evreux

Mgr Alphonse Paul Désiré GAUDRON - 1880 – 1967
Evêque d’Evreux de 1930 à 1964

Une messe solennelle célébrée par
Mgr Christian NOURRICHARD
Evêque d’Evreux
en la Cathédrale Notre Dame d' Evreux

216 prêtres diocésains ont été ordonnés par Mgr GAUDRON tout au long de son épiscopat.

Né à Coudreceau, le 5 mai 1880, Alphonse – Paul – Désiré Gaudron entra tout d’abord au petit séminaire de Saint Chéron puis au Grand Séminaire de Chartre. Ordonné prêtre le 29 juin 1904 il, reçoit sa nomination comme vicaire à Brézolles. En 1917, il rentre à l’Institut Catholique de Paris pour acquérir une licence puis un doctorat en Théologie. Les diplômes obtenus lui ouvrirent les portes du Grand Séminaire de Chartres où il enseigna l’histoire ecclésiastique de 1910 à 1914.

La guerre de 1914 – 1918 interrompit son ministère, mobilisé, il est affecté à une formation de brancardier. Démobilisé en 1918, il restera professeur de Dogme au Grand Séminaire jusqu’en 1922. En 1921, Mgr Bousquet le nomme chanoine honoraire et l’appelle come vicaire général. A cette date, il devient également Supérieur ecclésiastique des Sœurs de St Paul de Chartes.
En 1926, au décès de Mgr Bousquet, le Chapitre Cathédral le choisit comme Vicaire Capitulaire en raison de sa finesse d’esprit et de la souplesse de son caractère.
Mgr Harscouet le confirme dans sa charge. En1927, il se voit attribuer le titre de secrétaire général des Congrès Mariaux. Plein d’entrain et d’optimisme, il comprit l’importance du laïcat et groupa les jeunes ruraux dans son mouvement « Beauce et Perche » qui préfigurait déjà la J.A.C.

Vicaire général de Chartres, le pape Pie XI lui confère la dignité de Protonotaire apostolique  en 1928. C’est au retour du Congrès de Lourdes qu’il trouva sur son bureau sa nomination au siège d’Evreux vacant suite au décès de Mgr Chauvin en mars 1930.
Sa dévotion mariale se traduisit dans le choix de sa devise "Accepit eam in sua" (Il accueillit Marie dans sa demeure) et travailla de tout son cœur à donner sa pleine vitalité au pèlerinage annuel de La Couture dont le sanctuaire fut élevé au titre de basilique mineure.

Dès son arrivée, il prêcha personnellement la retraite des doyens, cueillit à travers l’histoire du diocèse tout ce qui pouvait encourager et son clergé et ses fidèles.
"Il faut rendre à Dieu sa place dans la cité, dans la famille, dans l’éducation" et bientôt le thème de ses lettres pastorales fut édité en un volume pour profiter à un plus vaste auditoire.
Celui qu’on appelait "le sourire de Chartres", sut organiser l’Action Catholique dans le diocèse. Il se sentait à l’aise dans les contacts et, après avoir choisi ses militants, il intensifia son effort apostolique dans le milieu rural.

Infatigable à la tâche, on le voyait partout, au milieu des jeunes, comme parmi les adultes. Il renouvelle l’esprit des Confréries de Charité, crée deux collèges secondaires à Pont Audemer et à Vernon, accueille les Pères Franciscains à Bernay, voit avec joie revenir les moines dans la célèbre abbaye du Bec Hellouin.Fort de son expérience près des Sœurs de Saint Paul de Chartres, il donne un nouvel essor à la Communauté des Sœurs Bleues de Vernon.

1939, voit le début des épreuves avec tout d’abord le décès rapide de son Vicaire Général Mgr Hébert, puis l’incendie de la cathédrale, de la cité épiscopale et les violents bombardements de 1944 à La Madeleine. Pendant cette période, on le verra parcourir la ville en ruines et présider les obsèques des victimes soit au cimetière de La Madeleine, soit même à la cathédrale.
Peu à peu la ville sort des décombres. Les travaux de reconstruction et de restauration de la cathédrale commencent et une partie des verrières seront posées pour son double jubilé de 1955 : noces d’or sacerdotales et noces d’argent épiscopales donne l’occasion aux laïcs comme aux prêtres d’exprimer leur admiration et leur reconnaissance pour ce labeur qui a marqué le diocèse et donne confiance en l’avenir. A cette occasion, il fut fait Chevalier de la Légion d’Honneur. Ancien de Verdun, il mérita la Croix de Guerre et la Médaille Militaire.

Inlassablement, il parcourt le diocèse lors des tournées de confirmation. La fin de son épiscopat fut marquée par le transfert du secrétariat de l’évêché dans les nouveaux locaux de la rue Saint Louis, face à sa résidence, mais aussi par la fermeture du Grand Séminaire et le départ des pères Jésuites de Saint François en 1960.
La maladie et l’âge conduisirent Mgr Gaudron à demander l’aide d’un coadjuteur qui lui donné le 26 mars 1962 en la personne de Mgr Caillot. Mgr Gaudron assista à la première session du Concile.
Avec beaucoup de courage, il dû renoncer à son siège épiscopal en mars 1964, après 34 années au service du diocèse.