Fermer
Noël c'est bien cûr cela...mais c'est surtout Lui !

J’aide l’Eglise à annoncer la venue du Sauveur

Je fais un don

Merci à ceux qui ont déjà donné

impression
evreux.catholique.fr

Questionnaire - Domaine 2: "Place aux jeunes ! " Comment on s’y prend ?

 "Place aux jeunes ! " Comment on s’y prend ?

Mettons-nous à l’écoute de l’Evangile : Mt 5,14-16

Pour télécharger la page du domaine2

Vous les jeunes :
1. Qu’est ce qui est prioritaire dans votre vie?
2. Qu’attendez vous des adultes qui vous accompagnent?
3. Quelle place souhaitez-vous prendre dans l’Église d’aujourd’hui?
4. C’est qui Jésus, pour vous?
5. C’est quoi l’Eglise, pour vous?

Vous les adultes :
6. Quelles sont les réussites et les difficultés des jeunes d’aujourd’hui?
7. Comment rejoignez-vous les jeunes dans leur culture d’aujourd’hui ? (musique, vidéo, loisirs, . . .)
8. Qu’est-ce qui peut repousser les jeunes dans nos façons de faire ? (célébrations, rencontres, …)
9. Là où les jeunes sont présents (temps forts d’aumônerie, mouvements, JMJ, Hosanna, scouts,
Taizé, . . . ), que découvrons-nous de leurs recherches et de leurs besoins ? Et qu’en faisons-nous?

Commentaire

Le Pape François a insisté au cours des JMJ de Rio sur l’importance de former les jeunes. Il a invité les anciens à les accompagner. Et il a appelé ces derniers à se faire les bâtisseurs d’un monde meilleur, d’une Église meilleure, de se mettre au service les uns les autres, dans la joie, l’espérance, sans peur, librement, ensemble,… : « Dans votre jeune coeur, il y a le désir de construire un monde meilleur. Je suis avec attention les nouvelles du monde, je vois beaucoup de jeunes qui, en bien des endroits, sont sortis dans la
rue pour exprimer le désir d’une civilisation plus juste et fraternelle. Ces jeunes dans la rue veulent être acteurs du changement. S’il vous plaît, ne laissez pas les autres être les acteurs du changement... C’est vous qui êtes l’avenir. C’est vous ! Il faut que vous entriez dans le monde. Je vous le demande : soyez les acteurs du changement, de l’avenir... Surmontez l’apathie et apportez une réponse chrétienne à toutes les préoccupations sociales et politiques de tous les coins du monde. Je vous demande d’être les constructeurs de l’avenir, qui se mettent au travail pour un monde meilleur... Chers jeunes, ne restez pas au balcon de la vie, vivez-la... Jésus n’a pas regardé la vie depuis un balcon, il l’a vécue... Faites comme lui. Demeure cependant la question : par où commencer ? Quels critères pour la construction d’une société plus juste ? Quand on demandait à Mère Térésa de Calcutta qu’est-ce qui devait changer dans l’Église, par où commencer à changer l’Église... elle répondait : toi et moi ! Elle était forte cette femme, elle savait par où commencer. Moi aussi aujourd’hui, je reprends la parole de Mère Térésa et je vous le demande : nous commençons ? Par où ? Eh bien, par vous et par moi... ».

A la conférence de lancement de la démarche synodale, le responsable diocésain de la pastorale des jeunes et des vocations à témoigné du désir des jeunes de s’engager, d’agir, de faire. Sans pour autant se laisser enfermer dans des engagements trop réguliers. Un jeune a confirmé en disant vouloir vivre sa foi en actes dans la relation aux autres. L’enjeu dans une Eglise majoritairement vieillissante est bien de leur laisser la place, de leur permettre de se construire, de s’épanouir, de grandir dans une relation personnelle au Christ, de se mettre au service de la construction de ce monde meilleur. Dans un monde complexe où la transmission n’est plus automatique, où le virtuel occupe une grande place, le témoignage des moins jeunes reste primordial : « Apprenez-nous à faire ! », disait le jeune.

Ils sont sensibles à la cohérence des paroles et des actes de ceux qui les entourent. Pris dans divers cercles de relations, il ne leur est pas facile de développer leur identité propre. Ils doivent articuler le personnel et le communautaire, alors que les repères sont flous dans ce monde en perpétuel mouvement. Le défi pour eux est bien de comprendre leur place dans ce monde, en tant que personne, mais aussi en tant que croyant au Christ, en tant que membre de l’Église. Certains se réclament d’elle sans complexe, d’autres en ont une image négative (une autorité morale pleine d’interdits) ou même ne s’y reconnaissent plus. Ensemble, jeunes et moins jeunes, nous avons à témoigner, les uns envers les autres.
Un témoignage mutuel au service du monde…

Car l’Église, c’est aussi les jeunes d’aujourd’hui.