impression
evreux.catholique.fr

Questionnaire - Comment être sereins dans notre foi et soucieux du dialogue ?

Comment être sereins dans notre foi

et soucieux du dialogue ?

Mettons-nous à l’écoute de l’Evangile : Mt 22, 34-40

Pour télécharger la page du domaine 4

1. A quelle occasion priez-vous ? Quelle place tient la prière dans votre vie ?

2. Participez-vous à des propositions de formation ? (Diocèse, paroisse, autres …) Lesquelles ?
Quelles difficultés ? Quelles richesses ? Quelles attentes ?

3. Selon Paul VI, «L’Église se fait parole … L’Église se fait conversation …» [Encyclique Ecclesiam
Suam – n°67]. Il y a, en particulier, un premier niveau de dialogue tout simple qui concerne les
réalités de la vie quotidienne.
    a) Quels sont les lieux et les occasions où se nouent ces dialogues ?
    b) Comment sont-ils relus et portés par notre communauté paroissiale ?
    c) Discernons-nous, dans ces «dialogues de la vie», le travail de «l’Esprit Saint qui nous précède
       dans le coeur des gens» ?

4. Dans quelles circonstances prenez-vous le temps de relire votre vie et vos divers engagements ?
Avec qui ? Comment ? Qu’est-ce que cela produit en vous ?

5. Il s’agit aujourd’hui de s’enraciner dans le Christ pour témoigner et pour dialoguer. Où en suis-je
de ma relation avec le Christ ? Qu’est-ce que cette relation transforme dans mes engagements
dans le monde et en Eglise.

6. Vivez-vous le pardon dans vos communautés ? Dans quelle circonstance ? Sous quelle forme?
Comment témoignez-vous aujourd’hui de la miséricorde de Dieu ?

Commentaire

Dans un tweet du 16 Juillet, le Pape François déclarait : « Dans la vie chrétienne, la prière, l’humilité et la charité envers tous sont essentielles : c’est le chemin de la sainteté ».

Assurément aujourd’hui, du fait que nous sommes moins nombreux, le risque du repli identitaire existe. Quelques-uns uns y succombent. En revanche, beaucoup témoignent de leur souci de demeurer engagés dans le monde, dans un dialogue qui reste incontournable. Le commandement de l’amour du prochain ne fait que prolonger celui du Seigneur, dans la bouche de Jésus. Dès lors, il est essentiel, vital de s’en donner les moyens. Pour demeurer sereins dans la foi en Jésus Christ, il faut se nourrir spirituellement, avoir une authentique vie de prière, vivre des sacrements. Il faut être au clair avec sa foi pour aller à la rencontre des non-croyants, des mal-croyants, des indifférents, des croyants d’autres religions...
Il en va de la qualité du dialogue que nous voulons instaurer, de la crédibilité de notre témoignage, de la sérénité qui s’en dégagera, de la joie avec laquelle nous assumerons notre mission de chrétien.

Ouverts aux questions de la société et du monde, nous ne serons de bons témoins de la foi que si nous nous donnons un certain nombre de moyens, que si nous puisons régulièrement à l’unique Source qu’est le Christ. Lui-même nous donnera son Esprit pour aller vers les autres.

Ces moyens se nomment :
• Formation permanente, pour tous, à tous les âges de la vie (trop de catholiques se font leur propre religion). Il s’agit de « mieux connaître pour mieux aimer ».
• Prière individuelle et communautaire,
• Fréquentation régulière de la Parole de Dieu,
• Apprentissage de l’exercice de la relecture pour unifier sa vie,
• Mise à la disposition du plus grand nombre de l’enseignement social de l’Église. Croire entraîne des conséquences.
• Pratiquer le pardon comme constituant le coeur de la vie chrétienne, de la vie communautaire.
Bien des relations meurent parce qu’elles l’ignorent.

Le christianisme est en effet une affaire de conversion personnelle. Ce n’est que si nous l’acceptons que nous règlerons notre vie selon le grand commandement, la Loi nouvelle de l’Évangile.