impression
evreux.catholique.fr

Synode de la famille

Dans le cadre du Synode sur la Famille, la Pastorale des Familles vous propose d'apporter votre contribution à la réflexion qui se fait dans le monde entier. Suite au Synode extraordinaire qui s'est tenu à Rome en octobre 2014, un document est sorti que vous êtes naturellement invités à lire, mais comme il est conséquent, que les questions soulevées sont nombreuses et denses, nous vous proposons trois façons de participer

  1. Pour ceux qui n’ont que peu de temps nous proposons de travailler sur un ou plusieurs des sujets:
  2. Pour ceux qui veulent entrer davantage dans le rapport du synode, une série de six fiches est proposée:
  3. Et pour ceux qui peuvent se consacrer à l’ensemble du rapport, nous proposons le rapport et les questions proposés par le Sainte-Siège:
    http://www.eglise.catholique.fr/wp-content/uploads/sites/2/2010/11/20141212-Lineamenta-synode-famille-fr.pdf

Déroulement des réunions

Avant les réunions, lisez le support choisi. Un secrétaire doit être désigné.

  • Commencez par un temps de prière et d'écoute de la Parole de Dieu. Nous proposons la prière du Pape François et des lectures citées dans le rapport final: pour télécharger le document
  • Échangez sur les textes des fiches choisies en s'écoutant les uns les autres.
  • Répondez aux questions. Au sein de chaque groupe, il peut y avoir des réponsescontradictoires: on peut avoir des avis différents.
  • A la fin de la réunion, le secrétaire partage les réponses qu'il a notées.
  • Veuillez renvoyer ces réponses au Centre St Jean avant le 10 mars.

Si vous vous sentez en mesure de répondre à la question préalable, nous vous le recommandons vivement:

Question "Préalable"

La description de la réalité de la famille présente dans la Relatio Synodi correspond-elle à ce que l’on constate dans l’Église et dans la société d’aujourd’hui?
Quels aspects absents peuvent être intégrés?
Des informations supplémentaires se trouvent également sur:
http://www.eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/la-famille/370308-textes-et-documents-de-reference-sur-la-famille/

La date du 10 mars 2015 est fixée pour faire remonter les questionnaires au Centre Saint Jean
à l’attention de la Pastorale des Familles ou à l’adresse électronique

synode-des-familles@diacre.stawski.fr
Il sera fait une synthèse de vos réponses (quatre pages maximum) qui sera envoyée à la Conférence des Évêques de France et qui servira aussi
pour les débats lors de la prochaine assemblée plénière des évêques à Lourdes. Les délégués au Synode de la Famille auront donc toutes les informations nécessaires afin de participer aux débats à Rome.
Comptant sur votre écoute et votre participation active, nous vous assurons de nos sentiments fraternels

Pour l’Équipe de la Pastorale des Familles
Diocèse d’Évreux
Roman et Emmanuelle Stawski

 

 

 

Prière du Saint-Père François pour le Synode sur la Famille

Jésus, Marie et Joseph
en vous nous contemplons
la splendeur de l’amour véritable,
à vous nous nous adressons avec confiance.

Sainte Famille de Nazareth,
fais aussi de nos familles
des lieux de communion et des cénacles de prière,
des écoles authentiques de l’Évangile
et des petites Églises domestiques.

Sainte Famille de Nazareth,
que jamais plus dans les familles on ne fasse l’expérience
de la violence, de la fermeture et de la division :
que quiconque a été blessé ou scandalisé
connaisse rapidement consolation et guérison.

Sainte Famille de Nazareth,
que le prochain Synode des Évêques
puisse réveiller en tous la conscience
du caractère sacré et inviolable de la famille,
sa beauté dans le projet de Dieu.

Jésus, Marie et Joseph
écoutez-nous, exaucez notre prière.

Lectures

Dieu crée l’homme et la femme (Gn 1, 26–31)

26. Dieu dit :« Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance.
Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre. »
27. Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme.
28. Dieu les bénit et leur dit :« Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la.
Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. »
29. Dieu dit encore :« Je vous donne toute plante qui porte sa semence sur toute la surface de la terre, et tout arbre dont le fruit porte sa semence :telle sera votre nourriture.
30. À tous les animaux de la terre, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui va et vient sur la terre et qui a souffle de vie, je donne comme nourriture toute herbe verte. » Et ce fut ainsi.
31. Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon.

Dieu crée la femme (Gn 2, 21–25)

21. Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes, puis il referma la chair à sa place. 22Avec la côte qu’il avait prise à l’homme, il façonna une femme et il l’amena vers l’homme.
23. L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair ! On l’appellera femme – Ishsha –,
elle qui fut tirée de l’homme – Ish. »
24. À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.
25. Tous les deux, l’homme et sa femme, étaient nus, et ils n’en éprouvaient aucune honte l’un devant l’autre.

La femme adultère (Jn 8, 2–11)

2. Dès l’aurore, Jésus retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. 3.Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, 4.et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. 5.Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » 6.Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. 7.Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » 8.Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre. 9.Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. 10.Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » 11. Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Christ et l’Église (Ep 5, 25–32)

25. Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle, 26. afin de la rendre sainte en la purifiant par le bain de l’eau baptismale, accompagné d’une parole ; 27.il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel ; il la voulait sainte et immaculée. 28.C’est de la même façon que
les maris doivent aimer leur femme : comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime soi-même. 29.Jamais personne n’a méprisé son propre corps : au contraire, on le nourrit, on en prend soin. C’est ce que fait le Christ pour l’Église, 30.parce que nous sommes les membres de son corps. Comme dit l’Écriture : 31.À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera
à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. 32.Ce mystère est grand : je le dis en référence au Christ et à l’Église.

La Samaritaine (Jn 4, 1–30)

1.Les pharisiens avaient entendu dire que Jésus faisait plus de disciples que Jean et qu’il en baptisait davantage. Jésus lui-même en eut connaissance. 2– À vrai dire, ce n’était pas Jésus en personne qui baptisait, mais ses disciples. 3Dès lors, il quitta la Judée pour retourner en Galilée.
4.Or, il lui fallait traverser la Samarie. 5Il arrive donc à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph. 6Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi.
7. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. »
8– En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions. 9. La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains.
10. Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais  demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. » 11.Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ?
12.Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? » 13.Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; 14.mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. » 15.La femme
lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. »
16.Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. » 17.La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari : 18.des maris, tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; là, tu dis vrai. » 19.La femme lui dit : « Seigneur, je vois que tu es un prophète !... 20.Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. » 21. Jésus lui dit : « Femme, croismoi: l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père.
22.Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. 23.Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père.
24.Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. » 25. La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. » 26.Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. » 27.À ce moment-là, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que cherches-tu ? » ou bien : « Pourquoi parles-tu avec elle ? » 28.La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens : 29.« Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ? » 30Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers lui.

Mariage et divorce (Mt 19, 3–9)

3.Des pharisiens s’approchèrent de lui pour le mettre à l’épreuve ; ils lui demandèrent : « Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif ? » 4. Il répondit : « N’avezvous pas lu ceci ? Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme, 5.et dit : À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair.
6.Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
7.Les pharisiens lui répliquent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la répudiation ? » 8.Jésus leur répond : « C’est en raison de la dureté de votre coeur que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi. 9.Or je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme – sauf en cas d’union illégitime – et qu’il
en épouse une autre, il est adultère. »

La répudiation (Mc 10, 1–12)

1. Partant de là, Jésus arrive dans le territoire de la Judée, au-delà du Jourdain. De nouveau, des foules s’assemblent près de lui, et de nouveau, comme d’habitude, il les enseignait.
2. Des pharisiens l’abordèrent et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ?» 3.Jésus leur répondit : « Que vous a prescrit Moïse ? » 4.Ils lui  dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. »
5.Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos coeurs qu’il a formulé pour vous cette règle. 6.Mais, au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme. 7.À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, 8.il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. 9.Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
10.De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question. 11.Il leur déclara : « Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. 12.Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère. »