impression
evreux.catholique.fr

Orientations Catéchétique

Télécharger le texte en pdf

Les orientations diocésaines de la Responsabilité Catéchétique sont le fruit d’un travail inter-services effectué à la suite du congrès Ecclésia prenant en compte les réflexions de la délégation.
En signant ce document, notre évêque, Christian Nourrichard, nous invite à le diffuser largement pour nous l’approprier :

  • dans les paroisses, équipes de préparation diverses…
  • dans nos lieux de vie : écoles, mouvements…

Les Orientations seront aussi adressées à toutes les EAP pour faciliter ce travail commun soutenu notamment par les représentants Ecclésia des différents secteurs géographiques ;
Nous sommes tous invités à entrer dans les nouvelles perspectives de la Nouvelle Orientation de la Catéchèse.

Dans le diocèse d'Evreux une équipe de pilotage a pris en charge la mise en place de cette réforme:

  • Chantal Bréand

Ce document s’inscrit pleinement dans le projet pastoral diocésain.
Il veut répondre aux attentes de tous ceux que la foi de l'Eglise intéresse.
« L’Eglise se fait Parole, L’Eglise se fait message, L’Eglise se fait conversation. »

I. L’orientation de la catéchèse en France


En 2003-2004, un document largement diffusé « Aller au cœur de la foi » proposait, à partir de la vigile pascale, de réfléchir à la catéchèse aujourd’hui.
C’est le point de départ d’une démarche qui aboutit au texte national d’orientation sur la catéchèse en France, publié en 2006.

J’invite les prêtres, les diacres, religieux et religieuses, les laïcs ayant des responsabilités ecclésiales, à s’approprier ce texte national.
Il est important qu’il soit connu au moins dans ses grandes lignes. Il peut donner du souffle à la catéchèse.

Le congrès Ecclésia 2007 à Lourdes, en est la preuve : les 50 chrétiens du diocèse en sont revenus avec un élan nouveau.

J’attire l’attention sur quelques points majeurs :

1. Tous responsables de la proposition de la foi.


Quelle est notre situation actuelle ? Des communautés chrétiennes ont délégué à « quelques spécialistes » la charge de catéchiser les enfants. Aujourd’hui, nous avons la charge, non seulement de catéchiser les enfants, mais de proposer la foi à tous – enfants, jeunes et adultes –
Et pour cela, nous sommes tous appelés à nous y mettre : les paroisses, les communautés locales et toutes les communautés chrétiennes, les aumôneries, l’enseignement catholique, les services et mouvements etc. …
La catéchèse a besoin d’un « bain de vie ecclésiale ». En ce sens, tous les chrétiens sous la conduite des évêques, sont responsables de la catéchèse.

Et la catéchèse conduit à la communauté où chacun est invité à partager une expérience commune, faite d’écoute de la Parole de Dieu, de liturgie, de vie fraternelle.

2. Le mystère pascal au cœur de la proposition de la foi.


Le but de la proposition de la foi comme de la catéchèse c’est de « mettre quelqu’un non seulement en contact, mais en communion, en intimité avec Jésus-Christ »(Jean-Paul II). Il s’agit de mieux connaître le Christ, pour mieux l’aimer et témoigner de lui. Il s’est fait l’un de nous. Il est mort et ressuscité. Il nous donne son Esprit.

Le mystère pascal du Christ est le cœur de notre foi. Le mystère pascal du Christ est aussi la clé de chaque existence, la clé de notre vie.

Ce mystère nous est donné à reconnaître et à vivre dans les sacrements, en particulier le sacrement du baptême et le sacrement de l’Eucharistie « source et sommet de la vie chrétienne ».

3. Le choix d’une pédagogie d’initiation


«Aujourd’hui, nous proposons résolument à tous ceux qui demandent la foi à l’Eglise, le chemin de l’initiation» (Texte national de l’orientation de la catéchèse p 18)

  • Pourquoi l’initiation ? Parce qu’il ne s’agit plus aujourd’hui, seulement d’apprendre le contenu de la foi, mais de faire vivre celle-ci.
  • Qu’est-ce que l’initiation ? Une invitation, une introduction, une méthode.

1. Une invitation :

  • Initier quelqu’un c’est faire appel à sa liberté. L’initiation n’est ni un endoctrinement, ni un embrigadement. L’Eglise ouvre ses portes et invite à entrer, fidèle à l’attitude de son Dieu qui ne force personne à croire en lui.
    « Je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je dinerai avec lui et lui avec moi ». (Apoc 3,20)
  • Accepter d’être initié, c’est faire usage de sa liberté en s’engageant dans une démarche, en acceptant « d’ouvrir sa porte. »

2. Une introduction :

Une introduction, une ouverture, un point de départ.
Nous ne sommes jamais arrivés « au bout » : jusqu’à la fin de la vie, nous pouvons commencer ou recommencer à croire, à espérer, à aimer.
L’initiation chrétienne s’ajuste à la culture de chacun, en trouvant les moyens pour que chacun entende la Bonne Nouvelle dans son langage.
L’initiation chrétienne ouvre des portes à chaque étape de la vie. Et ces « portes » sont nombreuses et variées : les évènements de la vie (la naissance, l’amour, la mort), la découverte de la Bible, la liturgie de l’Eglise, la rencontre des témoins de l’Evangile.

3. Une méthode :

Un chemin à suivre.
Pour connaître Jésus-Christ : il faut du temps (l’initiation nous met sur un chemin pour toute la vie), il faut des « provisions » pour la route et des repères sur la route : l’Ecriture (qui nous fait entendre la Parole de Dieu), la tradition de l’Eglise (l’appropriation de l’héritage de nos aînés dans la foi : ce qu’ils ont fait ou dit), il faut des « compagnons de route » : les aînés dans la foi, les compagnons des communautés chrétiennes.
En effet, il n’y a pas d’initiation à la foi si elle n’est pas proposée à vivre dans une communauté chrétienne qui célèbre, qui témoigne et qui sert.

 

II. La mise en œuvre dans le diocèse


Tenant compte de notre situation, je fais quelques propositions pour la catéchèse dans le diocèse.
Bien entendu, elles sont à adapter à la particularité des paroisses et des groupes ; et elles ne disent pas tout des activités catéchétiques diocésaines.

1. Dieu nous précède par sa Parole.

 

« Ignorer les Ecritures, c’est ignorer le Christ » (St Jérôme)


« Dieu qui est invisible, s’adresse aux hommes comme à des amis et converse avec eux, pour les inviter à entrer en communion avec lui et les recevoir en cette communion »(Vatican II, Dei Verbum n2)

3 Propositions :

  • Un texte de la Parole de Dieu introduit et éclaire toute réunion (groupes de catéchèse de tous âges, de préparations aux sacrements, conseils etc. …)
  • Les animateurs de groupes d’enfants, de jeunes, d’adultes, sont invités à inclure, dans leur année, un temps de relecture de la vie du groupe à la lumière de la Parole de Dieu.
  • Les célébrations de louange dominicale sont l’occasion d’une lecture méditée, partagée de la Parole de Dieu.

 

2. L’Eglise s’intéresse à chacun et invite à la rencontre.


« Aujourd’hui, les attentes des personnes sont variées, les histoires individuelles contrastées, les parcours de vie parfois mouvementés. On s’éveille à la foi à tout âge. On frappe à la porte de l’Eglise, pour déposer une souffrance sans qu’une demande soit clairement exprimée. »
(Livret Ecclésia 2007 p 18)

4 Propositions :

1. Dans nos paroisses, favoriser cet accueil premier avant même toute invitation à rejoindre tel ou tel groupe, chaque fois que quelqu’un frappe à la porte.
   Ecouter et entendre les demandes qui nous sont faites.

2. Favoriser les rencontres conviviales.
    Constituer des petites équipes de base modestes, souples et ponctuelles.

3. Ouvrir nos églises en variant les expériences à vivre et qui relèvent notamment de la première annonce.

4. Encourager la découverte du patrimoine.
   Mettre en valeur les lieux de prière et de recueillement.

 

3. Une catéchèse pour tous, par tous et à toutes les étapes de la vie.


« Aujourd’hui plus que jamais, les communautés chrétiennes sont appelées à être des lieux de communion qui mettent en pratique la Parole du Christ « A ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : à l’amour que vous avez les uns pour les autres » (Jn 13,35). Jean-Paul II, en 2000, affirmait : « Faire de l’Eglise la maison et l’école de la communion, tel est le grand défi qui se présente à nous (…) si nous voulons être fidèles au dessein de Dieu et répondre aussi aux attentes profondes du monde »(Texte national de l’orientation de la catéchèse p 26)

4 Propositions :


1. Dans les paroisses, proposer des rassemblements familiaux et communautaires de façon régulière. La communauté invite largement les enfants, les jeunes, les parents. Un temps en petits groupes permet une catéchèse adaptée à chacun puis la célébration eucharistique fait vivre à tous l’expérience de l’Eglise, corps du Christ.

2. La mission de la catéchèse concerne toute la communauté chrétienne :

  • pour aider les parents à assurer la formation chrétienne dès le plus jeune âge, par la mise en œuvre d’un éveil à la foi
  • pour accompagner et parrainer les enfants, les jeunes, les adultes, sans oublier ceux qui souffrent d’un handicap et qui font une démarche sacramentelle
  • pour informer les voisins de la vie de la communauté.
    Cela se vit en paroisse mais aussi en aumônerie et dans les établissements catholiques.


3. A l’occasion des funérailles, prendre conscience en équipe d’accompagnement, de notre mission d’annoncer la mort et la résurrection du Christ. Réfléchir ensemble lors des préparations, à la façon d’exprimer notre espérance chrétienne.

4. Etre attentif à la formation chrétienne pour adultes en faisant appel aux compétences des différents services diocésains. Le faire, c’est aider des personnes à s’engager ensuite. La revue « Eglise d’Evreux », le site diocésain, le journal « Eure Caté »… contribuent à ce souci d’information et de formation.

4. Catéchèse et demande de sacrements.


« L’expérience chrétienne repose sur la découverte bouleversante d’être attendu, désiré, appelé, aimé gratuitement »(Texte National des Orientations de la Catéchèse p 53)

« Un cheminement de type catéchuménal ne conduit pas seulement au seuil du sacrement. Il repose tout entier sur la dynamique de la célébration sacramentelle elle-même. Il est en effet capital que la célébration du sacrement demandé et préparé, n’apparaisse pas comme un acte isolé, mais au contraire comme l’étape décisive et inséparable de tout le chemin parcouru jusque-là. »(Texte National des Orientations de la Catéchèse p 93)

3 Propositions :


1. A l’occasion de la préparation au baptême des petits enfants, ou du sacrement de mariage, et tout en accueillant généreusement les demandes, veiller à mettre en œuvre une démarche catéchuménale par étapes.

2. Accueillir et accompagner la demande des catéchumènes en faisant vivre les différentes étapes avec toute la communauté.

3. Inviter les enfants, les jeunes, tous les nouveaux baptisés, à reprendre ce qui s’est vécu dans la célébration des sacrements de l’initiation : baptême, eucharistie et confirmation.
Il s’agit de prévoir dans le cheminement qui conduit au sacrement un temps de rencontre en Eglise pour se poser la question : « dans quel dynamisme de vie chrétienne, avons-nous été plongés ? »

Nous ne sommes jamais seuls sur le chemin de la foi. Nous sommes avec des frères chrétiens, randonneurs comme nous. Mais nous sommes surtout avec le Christ qui le premier a tracé le chemin vers son Père.
Tous marchent à sa suite et chacun avance à son rythme.

« Entrer dans l’expérience chrétienne fait parcourir tout un itinéraire. C’est lentement et progressivement que prend chair dans une existence, le dynamisme que l’Eglise reçoit de Pâques. »(Texte National des Orientations de la Catéchèse p 39)



Mgr Christian Nourrichard
+ Evêque d'Evreux