Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Je m'inscris à la newsletter

 

Je m'abonne aux réseaux sociaux

Je contacte le diocèse

11 bis rue Jean Bart - CS 40165 - 27001 Évreux Cedex

Tel : 02.32.62.82.20

Je donne au diocèse
  • Je demande un acte de baptême

    Une copie de la Carte Nationale d'Identité sera à joindre au courrier

     

    Pour être parrain, marraine
    Pour sa confirmation
    Pour une entrée en école catholique

     


    Le demandeur doit faire une demande écrite au
    Centre diocésain St Jean - Archives de Catholicité
    11, bis rue Jean Bart – CS 40165 – 27001 Évreux cedex
    en joignant une enveloppe timbrée et libellée à son nom et son adresse pour le document.

    Sur cette demande doit figurer :

    -Nom et prénom

    -Date de naissance

    -Date (s'il la connaît mais au moins l'année) et lieu de son baptême (très important)

    -Nom et prénom de son père

    -Nom de jeune fille et prénom de sa mère
     

    En vue d’un mariage

    Même demande écrite et mêmes renseignements adressés au Centre Diocésain St Jean mais l’enveloppe réponse doit être impérativement libellée au nom de la paroisse ou du célébrant qui prépare le dossier de mariage.

     

    Pour imprimer, cliquer ici.

Ordination presbytérale de Ludovic Bazin - 18 juin 2017

Le 18 juin 2017 en la Cathédrale d’Évreux.

L’ordination au ministère presbytéral est, pour le baptisé qui reçoit ce sacrement de l’Ordre, l’évènement déterminant dans son existence. Ce baptisé a été choisi par le Christ pour faire don de tout son être dans la mission que l’Église lui confiera au fil du temps. C’est ainsi Ludovic que tu réponds en Église à l’appel reçu : pour rendre gloire à Dieu et permettre aux hommes et aux femmes de notre temps d’accueillir le Salut qui nous est donné en JésusChrist. 
 
Tu as conscience de la beauté, de la grandeur de ce sacrement où nous t’entourons en ce dimanche du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ. Nous avons là, le cœur de ta mission de prêtre : nourrir les baptisés du Christ Lui-même, les nourrir de sa Parole : l’homme ne vit pas seulement de pain,  mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. La Parole du Christ est la Parole du Père. Les nourrir aussi de la chair et du sang du Christ.

" Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. Il demeure en moi et moi je demeure en lui. "

Le prêtre est le serviteur du don total du Christ aux baptisés. C’est le cœur de ta mission quelque soient les différents ministères qui te seront confiés pour la vitalité des Membres du Corps du Christ. 
 
Le père Alain MABIALA a évoqué le cheminement qui a été le tien au cours de tes années de formation. Ton ordination est aussi un évènement réconfortant et plein d’espérance pour notre Église diocésaine. L’Esprit Saint est toujours à l’œuvre dans notre Église. Le Ressuscité est avec nous comme Il l’a promis à ses disciples. Par cette ordination, tu entres dans un presbyterium qui est heureux de t’accueillir.  
 
Tout baptisé est appelé par le Christ à prendre part à sa mission. C’est en ce sens que nous avons conçu cette année pastorale comme l’Année de l’Appel. Réveiller les chrétiens endormis par la rencontre de témoins ; manifester le bonheur de la Vie consacrée qui s’exprime de différentes façons dans des Congrégations religieuses, à travers l’Ordre des Vierges consacrées. Ces diverses vocations sont complémentaires mais elles ont besoin du ministère presbytéral pour porter tous leurs fruits. 
 
Dans une société multiculturelle et pluri religieuse, la France, " fille aînée de l’Église ", a perdu la vitalité de ses racines chrétiennes. Une nouvelle évangélisation est requise. Elle suscite la participation de tous. Aucun baptisé ne peut s’en dispenser sans y participer d’une manière ou d’une autre, pas plus que d’attendre tout des autres, sans donner de lui-même. 
 
Dans le cadre de notre démarche synodale avec la perspective du rassemblement diocésain à la fête de Pentecôte en 2018 ; également dans le cadre de l’Année de l’Appel, nous percevons les signes d’un renouveau spirituel. Nous constatons un désir de formations : dans le domaine de la vie spirituelle à travers les " retraites dans la vie ", la lectio divina, les groupes de la Parole de Dieu, les temps d’adoration, l’écoute… De nombreux baptisés redécouvrent les bienfaits du sacrement de la réconciliation. Nous sommes attentifs à soigner la qualité de nos liturgies. Plus que jamais retentit l’appel à être le sel de la terre, la lumière du Monde. En son temps, Jésus déclarait que la moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Pour être " prêtre " au service de la moisson, il est prudent de demeurer vigilants sur quelques points.  
 
Pour suivre Jésus, le prêtre est appelé à soigner sa propre vie spirituelle. Cela est capital d’autant plus qu’il doit faire face à des sollicitations nombreuses. C’est notre intimité personnelle avec Dieu : le Père, le Fils et l’Esprit Saint qui suscite et nourrit sa proximité avec les hommes. C’est ce que nous sommes qui détermine ce que nous faisons ou ne faisons pas ! La tentation est grande de succomber au " faire " au détriment de notre Être. 
 
Avec quatre points, le Pape François s’exprimait ainsi, le 1er juin à la Congrégation du Clergé :

" Prier sans se lasser, marcher toujours et partager avec son cœur, cela signifie vivre la vie sacerdotale en regardant vers le haut et en pensant en grand. "

1. La prière, la relation avec Dieu, le souci de la vie spirituelle donne une âme au ministère, et le ministère pour ainsi dire, donne un corps à la vie spirituelle ; parce que le prêtre se sanctifie lui-même avec les autres dans l’exercice concret de son ministère, surtout en prêchant et en célébrant les sacrements, en particulier l’Eucharistie : don du Corps et du Sang du Seigneur. 
 
2. Sans collusion ou confusion avec la politique actuelle en France, le Pape invite le prêtre à marcher. " Marcher toujours parce qu’un prêtre n’est jamais arrivé ". Il reste toujours un disciple, un pèlerin sur les routes de l’Évangile et de la vie ; présent sur le seuil du Mystère de Dieu et sur la terre sacrée des personnes qui lui sont confiées Puis le Pape adresse aux prêtres une recommandation précieuse valable pour tous.  
 
3. " Se garder du virus de l’autoréférentialité ".  Dans chaque domaine de la vie sacerdotale, il est important de progresser dans la foi, dans l’amour et dans la charité pastorale, sans se raidir dans ses propres acquisitions ou se figer dans ses propres schémas. 
 
4. Partager avec le cœur : la vie du prêtre n’est pas un bureau pour des démarches ni un ensemble de pratiques liturgiques à régler. Être prêtre, c’est jouer sa vie pour le Seigneur et pour ses frères, en portant dans sa propre chair, les joies et les peines du peuple ; en écoutant, pour guérir les blessures des autres et en offrant à tous la tendresse du Père. Les jeunes n’ont pas besoin d’un professionnel du sacré ni d’un héros qui, de haut et de l’extérieur, réponde à leurs interrogations. Ils sont plutôt attirés par celui qui sait s’engager sincèrement dans leur vie, en restant à leurs côtés avec respect et en l’écoutant avec amour. Il s’agit d’avoir un cœur plein de passion et de compassion surtout envers les jeunes. 
 
Ludovic, tu deviens prêtre au sein d’une Église diocésaine où bon nombre de laïcs, de religieuses, de diacres, de prêtres sont motivés pour mettre en œuvre une Nouvelle Évangélisation. 
 
Vendredi dernier aux Andelys, tu étais présent. Tu as entendu un prêtre jubilaire exprimer sa joie de servir au cœur de notre Église diocésaine depuis de nombreuses années. Il a rendu grâce pour le travail qui se réalise conjointement entre le Conseil Presbytéral et le Conseil Diocésain de Pastorale. Bien c’est loin d’être parfait, nous devons progresser. Mais quelle joie de voir les uns et les autres donner le meilleur d’eux-mêmes pour s’impliquer en complémentarité dans la mission. Nous trouverons toujours des réfractaires aux évolutions légitimes. Le Pape François sait de quoi il parle quand il dénonce le virus de l’autoréférentialité. " Sans faire de révolution ", nous entreprenons un renouvellement du tissu paroissial.  
 
Suite au projet de l’État, nous assistons à des modifications substantielles dans la vie des communes. La territorialité demeure une réalité incontournable. Elle ne peut plus être évangélisée comme autrefois. Nous allons donner naissance à des " Fraternités missionnaires " pour vivre en complémentarités avec les paroisses. Ces " Fraternités missionnaires " seront constituées de la diversité des Membres du Corps du Christ : des laïcs, des religieuses, des diacres, des prêtres. Elles seront dotées d’une règle de vie pour soutenir leur vie spirituelle et nourrir leur engagement missionnaire : temps de prière, partage de la Parole de Dieu, Eucharistie, discernement, convivialité. La mission : établir autrement une proximité territoriale qui devient impossible de servir comme autrefois. 
 
De plus aucun prêtre diocésain ne peut vivre seul le ministère qu’il reçoit. La confiance, les uns avec les autres est une condition incontournable pour évangéliser au nom du Christ.  
 
Ludovic, en célébrant quotidiennement l’Eucharistie, le Ressuscité te communiquera la joie de le reconnaitre présent en ceux vers lesquels il t’envoie. C’est la joie du disciple qui est prêtre diocésain. Que cette joie t’habite ; elle sera communicative dans ta mission. 

+ Christian NOURRICHARD
Évêque d’Évreux 


 Version pdf de l'ordination : HomelieOrdinationPresbyterale_Ludovic-BAZIN_18juin2017.pdf