Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Je m'inscris à la newsletter

 

Je m'abonne aux réseaux sociaux

Je contacte le diocèse

11 bis rue Jean Bart - CS 40165 - 27001 Évreux Cedex

Tel : 02.32.62.82.20

Je donne au diocèse
  • Je demande un acte de baptême

    Une copie de la Carte Nationale d'Identité sera à joindre au courrier

     

    Pour être parrain, marraine
    Pour sa confirmation
    Pour une entrée en école catholique

     


    Le demandeur doit faire une demande écrite au
    Centre diocésain St Jean - Archives de Catholicité
    11, bis rue Jean Bart – CS 40165 – 27001 Évreux cedex
    en joignant une enveloppe timbrée et libellée à son nom et son adresse pour le document.

    Sur cette demande doit figurer :

    -Nom et prénom

    -Date de naissance

    -Date (s'il la connaît mais au moins l'année) et lieu de son baptême (très important)

    -Nom et prénom de son père

    -Nom de jeune fille et prénom de sa mère
     

    En vue d’un mariage

    Même demande écrite et mêmes renseignements adressés au Centre Diocésain St Jean mais l’enveloppe réponse doit être impérativement libellée au nom de la paroisse ou du célébrant qui prépare le dossier de mariage.

     

    Pour imprimer, cliquer ici.

Immaculée conception

Le 8 décembre, l’Église célèbre la Solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie : Dès le sein de sa mère, Marie a été conçue libre du péché originel.
C’est sous ce nom qu’elle s’est présentée à Bernadette à Lourdes en 1858.
La liturgie du 8 décembre exprime les fondements de cette affirmation de foi dans les textes de l’Écriture Sainte et dans la Tradition de l’Église.

Voici le commentaire qu’en donnait le P. Pierre Jounel, liturgiste :

" Sainte Marie Mère de Dieu. "

Dès les premiers siècles, l’Église a formulé dans sa prière l’essentiel de sa foi concernant la Mère de Jésus (Concile d’Éphèse en 431). Mais il fallut ensuite un long temps pour découvrir peu à peu les merveilles de grâce (cf. antienne de la communion), que contenaient ces mots jaillis spontanément des lèvres du peuple chrétien.
Saint Irénée avait pressenti l’immaculée conception de Marie, lorsqu’il saluait en elle " la Nouvelle Ève ". Ce n’est pourtant qu’au 15è siècle que nous voyons l’Église exposer formellement dans sa liturgie :

" Dieu a préparé à son Fils une demeure digne de lui par la conception immaculée de la Vierge ", " préservant celle-ci de tout péché par une grâce venant déjà de la mort de ce Fils. "
Cf. prière d’entrée

La formule est d’une telle plénitude qu’elle devait être reprise presque textuellement dans la définition dogmatique du Pape Pie IX en 1854.

L’Immaculée Conception n’est pas seulement pour Marie la préservation du mal, elle est plénitude de grâce : Dieu l’a " comblée de grâce " (cf. préface), " enveloppée du manteau de l’innocence " (cf. antienne d’entrée). Comme en son assomption, Marie est, dans sa conception immaculée, l’image anticipée de l’Église : en elle, Dieu " préfigurait l’Église, la fiancée sans ride, sans tache, resplendissante de beauté " (cf. préface), " sainte et immaculée " 
(St Paul dans sa lettre aux Éphésiens chapitre 5 verset 27).

© Desclée, Missel du dimanche 1971, tous droits réservés.