Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Je m'inscris à la newsletter

 

Je m'abonne aux réseaux sociaux

Je contacte le diocèse

11 bis rue Jean Bart - CS 40165 - 27001 Évreux Cedex

Tel : 02.32.62.82.20

Je donne au diocèse
  • Je demande un acte de baptême

    Une copie de la Carte Nationale d'Identité sera à joindre au courrier

     

    Pour être parrain, marraine
    Pour sa confirmation
    Pour une entrée en école catholique

     


    Le demandeur doit faire une demande écrite au
    Centre diocésain St Jean - Archives de Catholicité
    11, bis rue Jean Bart – CS 40165 – 27001 Évreux cedex
    en joignant une enveloppe timbrée et libellée à son nom et son adresse pour le document.

    Sur cette demande doit figurer :

    -Nom et prénom

    -Date de naissance

    -Date (s'il la connaît mais au moins l'année) et lieu de son baptême (très important)

    -Nom et prénom de son père

    -Nom de jeune fille et prénom de sa mère
     

    En vue d’un mariage

    Même demande écrite et mêmes renseignements adressés au Centre Diocésain St Jean mais l’enveloppe réponse doit être impérativement libellée au nom de la paroisse ou du célébrant qui prépare le dossier de mariage.

     

    Pour imprimer, cliquer ici.

Bénédictins de Sainte Marie du Mont Olivet

Agenda Annuaire

 

La communauté du Bec est née en 1864, à Mesnil Saint Loup, dans le diocèse de Troyes.

Son fondateur, le Père Emmanuel André, curé de la paroisse, gardait le grand désir de devenir moine. Le monachisme bénédictin était alors en pleine renaissance. Le Père Emmanuel s'affilia à la congrégation de Mont Olivet, issue d'une réforme bénédictine du XIVème siècle, près de Sienne. Les moines olivétains portent l'habit blanc et ont une organisation centralisée, chaque communauté étant une présence de l'abbaye mère en un lieu donné.

Le monastère de Mesnil, dissous par les lois de 1901, reprend vie après 1920.

En 1925, Jeanne de Wavrechin, bientôt Mère Elisabeth, crée, à Cormeilles en Parisis, en lien avec Mesnil Saint Loup, la communauté des moniales oblates de sainte Françoise Romaine.

André Grammont entre à Mesnil dans ces années, sous le nom de frère Paul ; il en deviendra plus tard prieur. En 1939, il ouvre, à Cormeilles, près des soeurs, un prieuré, pour faciliter les études des jeunes frères. Cette proximité permet aux deux communautés de vivre une liturgie commune, ébauche de celle du Bec. Ces années sont l'occasion de rencontres oecuméniques très riches.

Après la guerre, avec les soeurs, Dom Grammont cherche un monastère historique plus vaste, où les deux communautés pourraient s'installer et se développer. Le Bec retient son attention : c'est " le nid " de saint Anselme ! L'abbaye, propriété de l'État depuis la Révolution, se trouve inoccupée, suite au départ des chevaux, en 1939.
Les frères arrivent au Bec en 1948, suivis des soeurs, en 1950, à Saint Martin du Parc.
L'abbaye est délabrée, mais la prière des moines y coule toujours, et la vie monastique reprend son cours, avec une douzaine de frères.

Fondé en 1034, par le chevalier Herluin, le Bec a connu une grande notoriété, aux XI et Xllème siècles, avec son école et ses deux célèbres écolâtres, Lanfranc et saint Anselme. Tous deux, devenus Archevêques de Cantorbéry, sous Guillaume le Conquérant, restent très présents dans la mémoire de nos voisins anglais.
C'est une porte pour entrer en relation avec l'Église Anglicane.
La nouvelle Église, aménagée dans l'aile est, qui avait servi d'écurie pendant 140 ans, est inaugurée en 1959.
On y ramène le sarcophage d' Herluin, déposé depuis 1792 dans l'Église du village.

Au fil des années, les liens avec Cantorbéry vont se développer, pour aboutir à la signature d'une charte d'alliance, en 2007. Cette relation va longtemps être soutenue par le Père Philibert Zobel, très actif dans le dialogue Anglican Catholique. Parallèlement, des liens sont noués avec des communautés Réformées et Orthodoxes, la tradition monastique, commune à tous et antérieure aux grandes séparations, permettant des rencontres simples et profondes.

Le Bec est devenu en 1972 un des foyers du Renouveau Charismatique en France.
A l'époque, le monachisme (État et le mode de vie de personnes qui ont prononcé des vœux de religion et font partie d’un ordre dont les membres vivent sous une règle commune, séparés du monde) exerce un grand attrait auprès de jeunes aspirant à la vie communautaire.

Dom Grammont envoie en Israël, en 1976, trois frères, à Abu-Gosh, près de Jérusalem, pour être une présence priante et fraternelle dans ce pays déchiré. Deux mois plus tard, il décide de faire revivre le monastère de Mesnil, après vingt ans d'attente. Trois frères y partent. En 1998, cinq frères gagneront l'Irlande du Nord, au coeur des tensions générées par des divisions religieuses et politiques.

 Site Internet : http://www.abbayedubec.com